Le 31 janvier dernier, le conseil d’administration de l’AGIRC se réunissait pour installer sa nouvelle mandature 2012-2016. Le président sortant CFE-CGC était candidat à la vice-présidence.

La CFE-CGC n’a pas été battue par le collège salarié: elle a même obtenu la majorité relative. Ce sont les voix du patronat qui ont choisi un représentant CFDT qui leur convient. Pourquoi?

Tout simplement parce que la CFE-CGC a refusé de signer et conteste en justice l’accord du 18 mars 2011 sur les retraites complémentaires (cet accord pénalise les ATAM et I&C; dégrade le pouvoir d’achat et spolie les familles nombreuses!).

Nous revendiquons notre indépendance et le pouvoir de dire non lorsque les intérêts de nos mandants sont bafoués!