Le groupe débutera en 2014 la production de nouvelles puces pour décodeurs.
Elles sont capables de lire des vidéos en ultra-haute définition.

C'est la technologie du futur dans la télévision. Mais pour STMicroelectronics, il est déjà temps de se positionner. A l'occasion du salon IBC, qui réunissait il y a une semaine à Amsterdam les professionnels de la vidéo (fabricants, fournisseurs de contenu, câblo-opérateurs…), le groupe franco-italien a dévoilé ses nouvelles gammes de puces pour décodeurs numériques. Celles-ci ont la particularité de pouvoir lire des contenus vidéo en ultra-haute définition (UHD).

Cette résolution d'image devrait progressivement s'imposer comme la nouvelle norme pour les écrans de téléviseurs. Les principaux fabricants, comme Samsung, LG ou Panasonic, proposent en cette fin d'année des modèles équipés de cette nouvelle technologie, qui offre une définition d'image quatre fois supérieure à celle de la plupart des téléviseurs actuels (« full HD »). C'est le haut de gamme de la télévision pour l'instant, avec des produits à plus de 4.000 euros en moyenne.

«  L'UHD va réellement se déployer à partir de 2015, estime Laurent Remont, vice-président de la stratégie pour les produits numériques chez ST. Mais il est important pour nous de pouvoir proposer dès à présent des produits pour répondre à la future demande. »

Transcodage

Ces nouvelles puces seront proposées sous forme d'échantillons aux clients de ST (les fabricants de « set-top box ») au dernier trimestre et lancées en production à partir du milieu de l'année 2014 sur le site de Crolles, près de Grenoble. Cette nouvelle famille de produits embarque aussi une technologie de transcodage permettant d'adapter le contenu vidéo au terminal utilisé, que ce soit un téléviseur, une tablette, un smartphone ou un PC. «  L'objectif reste de simplifier les usages, alors que les terminaux connectés se multiplient au sein des foyers », explique Laurent Remont.

Avec ces nouvelles technologies, par ailleurs moins gourmandes en énergie, ST espère consolider sa place de numéro deux mondial sur le marché des puces pour décodeurs. «  Ce genre de nouvelles fonctionnalités apporte aux opérateurs des éléments de différenciation pour attirer de nouveaux clients », selon Laurent Remont. Le marché des décodeurs reste un relais de croissance important pour le fabricant de semiconducteurs, qui a finalisé le mois dernier la scission de ST-Ericsson, sa filiale dans le mobile.

R. G., Les Echos