Article paru dans l'Usine Digitale.

Par Ridha Loukil - Publié le 27 janvier 2014, à 16h51

Pour la première fois depuis 2007, le fabricant franco-italien STMicroelectronics recule sur le marché porteur des Mems. En cause : la perte du contrat de l’accéléromètre de l’iPhone 5S. Bosch en profite et se hisse à la première place du podium.

De nouveaux soucis pour Carlo Bozotti, le patron de STMicroelectronics. Ils viennent, non plus des modems et composants sans fil pour téléphones mobiles, arrêtés l’été 2013, mais des Mems. Après avoir été longtemps les best-sellers de ses ventes, ces composants micro-électro-mécaniques servant de capteurs et d’actionneurs dans les tablettes, smartphones ou les consoles de jeu tirent maintenant le groupe vers le bas. Carlo Bozotti confirmera ce retournement lors de la présentation des résultats financiers de 2013, le 28 janvier 2014, à Paris.

Selon les estimations du cabinet iHS, les ventes de STMicroelectronics dans les Mems ont chuté de 3% en 2013 à 775 millions de dollars, hors fonderie (activité de fabrication en sous-traitance pour d’autres fournisseurs de Mems), alors que le marché affiche une croissance de 6,5% à près de 9 milliards de dollars en 2013. C’est la première fois depuis 2007 que le groupe franco-italien des semiconducteurs enregistre un recul de cette activité. En cause : la perte du marché de l’accéléromètre dans l’iPhone 5S au profit de Bosch.

L'IPHONE FAIT LA PLUIE ET LE BEAU TEMPS

Depuis l’introduction de l’iPhone en 2007, STMicroelectronics était le seul fournisseur d’Apple en accéléromètres et gyroscopes. Pour l’iPhone 5S, la firme à la pomme a décidé de diversifier ses approvisionnements en attribuant le marché de l’accéléromètre à Bosch, laissant au groupe franco-italien le gyroscope. STMicroelectronics a beau tenter de renforcer ses débouchés dans l’automobile, le médical ou les loisirs. Il n’est pas parvenu à compenser cette perte importante de marché.

Et c’est Bosch qui en profite. Selon iHS, l’équipementier automobile allemand bénéficie d’un bond de 25% en 2013 à près de 1 milliard de dollars, ce qui le place nettement en tête du marché, alors qu’il était au coude à coude avec STMicroelectronics en 2012. Bosch a également réussi à entrer dans la PS4, la nouvelle console de jeu de Sony, tandis que son grand rival européen équipe le périphérique de jeu Kinect de Microsoft.

Les ennuis de STMicroelectronics semblent continuer. En lice pour l’équipement du prochain Smartphone Galaxy S5 de Samsung, le groupe franco-italien aurait perdu le marché face à InvenSense, une start-up californienne au succès fulgurant avec un chiffre d’affaires de 255 millions de dollars en 2013, en croissance de 37%, toujours selon iHS.

Ridha Loukil