Le MEDEF s’est entendu avec la CFDT, la CFTC et FO pour signer un accord Assurance Chômage pénalisant les techniciens, ingénieur et cadres.

L’augmentation du délai de carence de 75 à 180 jours maximum avant de pouvoir toucher une allocation chômage est totalement inacceptable. C’est supprimer le droit au chômage pendant 6 mois à ceux qui cotisent le plus en montant et en durée, et qui ont le tort d’avoir une convention collective un peu plus favorable que le code du travail.

L’indemnisation de rupture (rupture conventionnelle ou indemnités de licenciement) est faite pour compenser un préjudice et non pour faire faire des économies à l’assurance chômage, surtout vis-à-vis de ceux qui ont cotisé sans discontinuer depuis des dizaines d’années. Hors, ce sont eux qui vont y être de leur poche. Cet accord pénalise les techniciens et cadres, en particulier ceux qui ont cotisé le plus pour le chômage si jamais ils perdent leur job.

La CFE-CGC a proposé d’autres pistes de réformes : surtaxer les CDD (qui génèrent 5,5 milliards de déficit par an) ou réviser le régime des intermittents, système détourné par les maisons de production et de spectacle au détriment de la collectivité.